11 mai 2006

Miam miam 2

Chewing-gum cerise bien dégueu qui a déjà plus de goût, finalement pas de capuche ni de pull et encore moins de foulard rouge mais à la place un tee-shirt orange et un vrai livre La nuit des princes charmants. Je disais donc que la violence de Beethov' me sied bien en ce moment, ça me secoue les puces et les plumes, ça me donne le tourni et j'ai envie de puching-ball. Nervosité transparente. Ca a pas l'air d'aller aujourd'hui ? Si si, seulement, c'est à croire que tout le monde sourit bien droit sans mensonges. J'suis telle une... [Lire la suite]
Posté par Shotgun à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2006

Miam miam 1

Il y a eu des envies, puis ensuite des regrets. Et il n'en reste rien. Absolument rien. Et le pire c'est que je m'en fous. C'est arrivé et c'est ainsi. Et Beethoven rythme mes soirées. Une hymne à la joie violente. Je joue des bras tel le chef d'orchestre aux chemises bouffantes et à la perruque tombante, le sourire de folie aux lèvres et les yeux qui pleurent sans savoir. Un relâchement. Un échange de mail bienvenu, presque salvateur. Des larmes consolatrices avec moi-même. Rien de pathétique cette fois, juste un besoin de dégager un... [Lire la suite]
Posté par Shotgun à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mai 2006

Séance de gonflette

Je cherche ce que tout le monde regarde. J'allume le poste télé et je vois rien. C'est pas une phrase pour dire je suis en marge et je le vaux bien je suis pas là pour vendre du shampoing qui pue et qui emmêle les cheveux fins et les assèche. Nan, c'est juste pour dire que vous me gonflez là avec vos émissions à la mord moi le noeud que vous ne voulez pas louper, vos sitcoms à rebondissements à la con dont on connaît déjà tous la fin après avoir feuilleté le résumé dans le Télé Obs de la semaine (ouais passque ça aussi c'est con de... [Lire la suite]
Posté par Shotgun à 14:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 mai 2006

Préoccupations ou comment savoir quoi faire

Ma seule préoccupation depuis maintenant quatre ans en ce bas monde : fin de phrase typiquement nulle "en ce bas monde" que l'on peut placer à n'importe quelle fin de phrase (il existe des tas d'autres types de phrases nulles que tout le monde emploie et qui sont téléphonées depuis des siècles et des siècles, quoiqu'avant le téléphone n'existait pas...), un peu comme si t'étais encore une pré-adolescente pubère (une pisseuse quoi) et que tu dis la fameuse phrase du "j'sais pas quoi faire", qui se prononce vite et... [Lire la suite]
Posté par Shotgun à 13:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 mai 2006

Hasardons

Etrange cette situation de vendredi dernier. Moi mon questionnaire à la main, à la recherche de quelques proies faciles à prendre dans les filets et leur faire cracher quelques réponses données du bout des lèvres avec un air pincé. Mais voilà que cette personne n'est pas comme les autres, artiste intermittent, musicien, acteur, compteur, metteur en scène, et j'en passe et des meilleurs : voici le profil type de mon nouveau futur patron ! Eh oui, roulements de tambour, Anna a trouvé un job pour cet été. Questions rapides sous forme... [Lire la suite]
Posté par Shotgun à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2006

Cabotine

Et flûte. Moi qui était dans les temps avec mon questionnaire, me voilà freinée par le simple fait suivant : les gens qui fréquentent les bibliothèques sont toujours les mêmes. Du coup je fais quoi ? Je réduis mon échantillon à plus de la moitié ? Ce qui ne serait absolument pas fiable tout de même... Ou alors je fais semblant de croire que la semaine prochaine il y aura un renouvellement avec le retour des vacances ? Au risque de perdre du temps pour rien et de retarder encore mon mémoire... D'ailleurs, me v'là partie dans une... [Lire la suite]
Posté par Shotgun à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2006

Honey

Y'a de ces albums qui vous rendent inerte, abasourdie, complètement retournée. Il vous noue la gorge, vous transperce, vous glace le sang, et le ventre bouillonne. Vous êtes incapable d'en décrocher sinon le manque vous cloue sur place, et vous tremblez. Vous êtes bloquée et vous vivez avec vos oreilles. Vous ressemblez à un poteau qu'on ne pourrait pas déterrer de son béton, le dos bien droit, vous ouvrez grand les écoutilles au cas où vous en perdiez une miette. Vous êtes littéralement figée dans le temps, incapable de faire autre... [Lire la suite]
Posté par Shotgun à 10:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 avril 2006

Le même nez

Nuages gris, temps humide, petit crachin et vent matinal dans les cheveux encore mouillés de la douche prise quelques minutes plus tôt pour tenter de se réveiller. Pain au chocolat aux amandes, thé caramel-pomme, Les chiennes savantes et Stephan Eicher Louanges. Odeur de peinture fraîche qui monte aux narines, froid au milieu des bouquins qui sont toutes des putes sur leurs rayons, en attente qu'on les emprunte et qu'on les rende en plus ou moins bon état. Etalage de mots. Les putes m'inspirent ces temps-ci, ça me fascine. Et puis... [Lire la suite]
Posté par Shotgun à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2006

Vous voulez bien m'accorder ?

Non pas une danse, mais quelques minutes de votre temps. A croire que les gens adorent ça finalement, ou alors (et sans doute ai-je grandement raison) ils n'osent dire non. Le seul papi qui m'a dit non, il a eu tellement pitié de moi que finalement il l'a pris mon questionnaire. Et avec son oreillette il me taquinait sur mon piercing. Faites gaffe je pourrai vous attacher. En même temps, même pas peur quoi ! Mais ils sont tous attendrissants avec leur journal sur leurs genoux à m'écouter attentivement leur poser des questions, un... [Lire la suite]
Posté par Shotgun à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 avril 2006

J'vais mourir si tu me touches pas...

... dit Inés, Iris, machine en moi de prononcer cette phrase. Retomber dans ce bouquin, j'ai bien fait de pas hésiter à racheter le dernier Ann Scott qu'il me manquait, ainsi qu'un Despentes, un Breillat, un Pill, et un Moix pour Anabelle. Me souviens de l'effet fulgurant qu'il avait eu sur moi ce livre. La jalousie de ne pas écrire pareil, l'envie impérieuse de vivre la même chose. Alors je l'ai offert à Justine, comme pour lui passer un message, avec cette phrase qui nous appartenait à l'époque wet dreams. Depuis, on en est toujours... [Lire la suite]
Posté par Shotgun à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]